La philosophie, ça peut être utile au management ?

La philosophie peut-elle être utile au management ? Si le management consiste à assurer la performance d'une organisation, il doit pour ce faire établir des valeurs, une vision et une communication afin de motiver les travailleurs. Un.e philosophe pourrait interroger par un raisonnement éthique, critique et méthodologique ces aspects du management afin d'améliorer cette performance. Dès lors, nous partons du principe que philosophie et management peuvent dialoguer.


Bonjour à toutes et tous,


Certaines et certains manager et philosophes peuvent d'une même voit dire :


« Le management et la philosophie n’ont rien à faire ensemble ! »


Ces philosophes et managers seraient sur ce point d'accords. N'y voyez-vous pas une forme d'ironie ? Pour les unes et les uns, il s’agirait de vendre « notre âme » à quelque entité démoniaque (gloire au Porteur de Lumière !). Pour les seconds de s’intéresser à des « futilités » sans intérêt. Mais ne serait-ce pas de part et d’autre faire preuve de fermeture d’esprit ? Que peut, de façon concrète, faire un.e philosophe pour un.e manager ? Que peut-il lui apporter ?


Prenons le raisonnement dans l’autre sens. Vous voulez-bien ? Qu’est-ce que ça fait un.e

manager ? Ici je vais suivre Laurent Ledoux, administrateur de l’association belge Philosophie & Management (PhiloMa pour les intimes), avec lequel je collabore.


Pour Laurent, les managers ont pour tâche d’assurer la performance ou création de valeur de leur organisation. Jusqu’ici tout va bien, c’est à peu près évident. La question est alors de savoir de quelle manière des philosophes peuvent contribuer à cette performance.


La performance des managers s’obtient selon Laurent par trois actions : 1° « faire des jugements de valeur et décider en fonction » ; 2° « créer des représentations du monde et du sens pour leur organisation » (une vision, pouvons-nous dire) ; 3° « partager par des conversations rationnelles leurs représentations et valeurs avec leurs collègues ».


Managers, vous reconnaissez-vous ?


Ainsi, la philosophie, comme recherche de la sagesse, peut évaluer ces valeurs avec une pensée éthique sur « comment vivre », répondre aux représentations par une approche critique, laquelle interroge « notre relation au monde » et par sa méthode, assurer, à propos de la communication, « les bases pour la pratique d’un discours et d’une pensée rationnelle ».


Tel est le point de vue de Laurent. Et je propose d'envisager ces conceptions du management et de la philosophie comme deux cercles parallèles : nos valeurs et l'éthique influencent nos représentations et rapports au monde, lesquelles vont avoir un impact sur notre langage et notre pensée, qui vont nous permettre, en commun, de forger nos valeurs et notre éthique... et ainsi de suite.


La philosophie pourrait donc sous ses modes éthique, critique et méthodologique aider le management à améliorer sa performance par la remise en cause, si nécessaire, de ses valeurs, représentations et discours afin qu’ils soient plus adéquats à notre humanité, à notre monde et à notre raison.


Dès lors, philosophie et management peuvent collaborer et même trouver un terrain d'entente. Après tout, un.e philosophe cherche aussi à assurer son bien-être matériel, tout comme un.e manager aspire au bonheur et à la sagesse.


C’est du moins ce que je vais postuler dans ce blog.


Qu’en pensez-vous ?


N'hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires. J'aimerais beaucoup le connaître et intéragir avec vous.


Martin Bolle.


#management #philosophie #vision #valeurs #méthode

36 vues2 commentaires